2639 - Single_lajmi | Ministria e Puneve te Jashtme
MPJ
  • 04 January 2018
  • SHARE
  • PRINT

Le vice-ministre des Affaires Etrangères, Anton Berisha, réagit au patriarche serbe: Ses déclarations sont des conclusions de regret et hors de l'esprit de la fête

Prishtina, le 04 Janvier 2018 – Le vice-ministre des Affaires Etrangères de la République du Kosovo, l'ambassadeur Anton Berisha, a réagi contre la déclaration du patriarche serbe Irinej selon laquelle l'Eglise Orthodoxe Serbe (KOS) ne peut pas imaginer la Serbie sans le Kosovo.

 

 Berisha a dit que l'Eglise serbe n'a pas le monopole ethnique du christianisme et par conséquent le droit historique au Kosovo, donc l'interview pour Noël du patriarche serbe Irinej que l'Eglise Orthodoxe Serbe (KOS) ne peut pas imaginer la Serbie sans le Kosovo, que le Kosovo est la vieille Serbie, d'où est né le reste de la Serbie ainsi que le soulignage que " le Kosovo est l'histoire serbe, sa culture et son esprit, que Prizren était la capitale du peuple serbe et la Patriarche de Peja, la résidence des patriarches et des archevêques serbes " sont des constats à regretter et hors de l'esprit de la fête.

Berisha a ajouté que se référer aux contextes historiques occasionnels est une tentative que les périodes colonialistes de la Serbie au Kosovo à les présenter comme un droit historique appartenant au peuple serbe, en excluant les albanais en tant que résidents de ces terres et de cette manière en leur niant la culture y compris même celle chrétienne.

" Les religions sont universelles dans leur nature et toute interprétation subjective et marginale du christianisme comme un monopole ethnique serbe dans cette région est une tendance maligne contraire au besoin sublime pour protéger le patrimoine culturel du Kosovo. Cette logique du KOS n'est pas conforme à la réalité historique et à la situation factuelle actuelle non plus, puisque le Kosovo a été libéré de la colonisation serbe, c'est un état indépendant dans lequel tous ses citoyens ont leurs droits garantis civiques et ethniques, culturels et religieux ", a déclaré le vice-ministre des Affaires Etrangères, l'ambassadeur Anton Berisha.

Foto Galeria