3445 - Single_lajmi | Ministria e Puneve te Jashtme
MPJ
  • 30 March 2018
  • SHARE
  • PRINT

" Le Kosovo est partout " a ouvert le festival littéraire à Saint-Gall

Prishtina, le 30 mars 2018 - Après la tournée avec des présentations conjointes dans plusieurs villes du Kosovo, le groupe de poètes " Bern ist überall ", complété par des artistes kosovars, effectue une tournée similaire dans plusieurs villes suisses.

 

 Le Festival de Littérature " Wortlaut " de Saint Gall a été le premier arrêt de ce tour. L'édition jubilaire, la dixième édition de " Wortlaut " à St.Gall de Suisse a commencé avec la présentation du programme " Kosovo is everywhere " (le Kosovo est partout). Cette devise est une référence au slogan " Bern ist überall ", qui est le nom d'un groupe de poètes de Berne qui promeuvent des présentations théâtrales de la poésie devant le public, un " Spoken Word " comme ils appellent cette présentation. Ce que nous avons vu à St.Gall était un programme mixte, une poésie parlée et accompagnée de musique, préparée et interprétée par trois poètes kosovars et trois suisses et avec la " colonne musicale " réalisé directement sur la scène en direct, par un accordéoniste suisse et un batiste kosovar. Laurence Boissier, Guy Krneta, Gerhard Meister, Sibel Halimi, Jeton Neziraj et Shpëtim Selmani étaient les poètes tandis qu'Adi Blum et Drin Tashi, les instrumentistes. Le professeur de littérature à l'Université de St. Gall, Ulrike Landfester a fait une introduction au programme du festival en soulignant son nom " Wortlaut ", qui en traduction libre en albanais signifie une formulation sonore d'un contenu. Dans le cas présent, il s'agit de communiquer de la littérature avec les lecteurs, ses auditeurs, de manière directe et pas seulement en lisant le livre. Ce qui a été vu et entendu dans ce qui suit est une confirmation de l'effet différent que la lecture " vivant " a devant le public, par opposition à lecture d'un livre à la maison. 

Les six poètes, en introduisant leur créativité, ont électrisé l'atmosphère de la salle, où en principe se tiennent les réunions de l'Assemblée Municipale de Saint-Gall. Un flot de vers bruyamment accentuées qui, accompagnées du rythme de la musique imposante, se sont presque transformées en chansons. Ils ironisaient les préjugés et les perceptions réciproques: du peuple suisse pour les kosovars / albanais et vis-vers-ça. La plupart du temps, il y avait l'auto-persiflage, où il n'y avait aucune référence aux développements encore actuels concernant le Kosovo et la Suisse ou avec les phénomènes qui, dans la tête des suisses ordinaires, s'associent au Kosovo et aux albanais. Dans cette liste de préjugés et de stéréotypes sont venus, entre autres choses à cette occasion, aussi: les grands mariages albanais, la vendetta, le " commerce d'organes ", etc. Pour que cette performance inhabituelle fonctionne, ce n'est pas une chose facile. Cela est particulièrement vrai du fait que là on parle (et chante) dans au moins en trois langues: allemand, albanais et anglais et parfois italien et français. Par conséquent, pour coordonner et faire des discours significatifs dans plusieurs langues, cela exige la maîtrise, le talent, la compréhension et surtout la passion pour la poésie. Comme Guy Krneta le dit pour albinfo.ch, le directeur de " Bern ist überall ", le groupe bernois, de composition diverse, a séjourné au Kosovo pendant environ six mois l'année dernière. Il existe un certain nombre de ces compositions mixte, avec des créateurs littéraires et musicaux albanais et autres créateurs du Kosovo. Pour lui, un travail comme celui-ci est un grand défi mais ça en vaut la peine. Le groupe " Bern ist überall " a pour vocation artistique l'exploration des possibilités offertes par la langue parlée, pour créer par-dessus ses valeurs poétiques. Et le groupe, pour approfondir son aventure avec la langue, a choisi la langue albanaise, à savoir le Kosovo comme première langue, à l'exception des langues de la Suisse, explique Krneta. Il est décidé ainsi, car selon lui, entre la Suisse et le Kosovo pendant des décennies, il existe des relations étroites, compte tenu de l'existence d'une grande communauté albanaise en Suisse. " Nous sommes enthousiasmés par l'accueil qui nous a été réservé par le public et par la volonté de la coopération du groupe autour du centre " Multimédia " de Pristina", a déclaré Krneta à albinfo.ch. En ce qui concerne la compilation du programme avec autant de textes et dans plusieurs langues différentes, il dit que juste avant le dernier spectacle, les textes à déclasser ont été traduits dans leurs langues respectives. Ceci ensuite, comme on le voit sur la scène de Saint-Gall, a fonctionné pour que les textes proclamés en albanais soient conçus en allemand en les titrant sur un écran sur la scène. Selon Krneta, le genre de poésie suisse le plus connu est directement reconnu sur la scène en public. Mais comme il est d'accord lui-aussi, d'après ce qui a été vu sur la scène, des éléments de ce poème sont réitérés des poètes du Kosovo. Une telle tendance a été montrée dans ce cas notamment par Shpëtim Selmani, qui, en plus d'être un poète, est également connu comme un acteur professionnel. Selmani, pour albinfo.ch, dit avoir vécu de diverses expériences en termes de courants poétiques et littéraires, ce qui rend plus naturel pour lui de s'adapter dans le cadre du " Spoken Word " que cultive le groupe bernois. Sinon, sa poésie, proclamée ce soir, se caractérise par l'esprit rebelle qui découle de la déception de la réalité au Kosovo, de l'opposition du conformisme et des dogmes qui " régularisent " la vie là-bas. 

De même, d'autres créateurs du Kosovo, Sibel Halimi et Jeton Neziraj, apparaissent contre les normes solides et étouffantes. Tout le projet " kosovar " du groupe " Bern ist überall " repose sur un prix culturel que le groupe a reçu en 2015 par la ville de Berne. Il était prévu que le prix de 100 mille francs soit dépensé en affirmant la culture bernoise en dehors de la ville et du canton. Alors que " Bern ist überall " une partie de la valeur de ce prix a décidé de la dépenser à l'étranger, à savoir au Kosovo. Après la tournée avec des présentations conjointes dans plusieurs villes du Kosovo, le groupe, complété par les créateurs mentionnés du Kosovo, mène une tournée similaire dans plusieurs villes suisses. Et le Festival de la littérature " Wortlaut " de St. Gall a été le premier arrêt de cette tournée. 

Source: http://www.kultplus.com/libri/kosova-eshte-kudo-hapi-festivalin-e-letersise-ne-st-gallen/

Foto Galeria