4204 - Single_lajmi | Ministria e Puneve te Jashtme
MPJ
  • SHARE
  • PRINT

La Serbie cache délibérément la vérité sur le génocide commis au Kosovo


La Ministère des Affaires Etrangères et de la Diaspora exprime sa profonde indignation envers les autorités de la Serbie, qui continuent de cacher les crimes monstrueux commis au Kosovo, en ne montrant pas l'emplacement des dépouilles mortelles de citoyens innocents tués par les forces paramilitaires serbes, dont les corps ont été délibérément cachés dans des fosses communes dans toute la Serbie.

Les tribunaux et les parquets des soi-disant pour crimes de guerre en Serbie depuis des décennies ont eu connaissance des dépouilles mortelles d'albanais du Kosovo dans un endroit appelé Kizevak, près de Raska, mais n’ont pris aucune mesure pour découvrir ce crime et ordonner la détention de ces personnes qui sont responsables pour avoir commis ces crimes génocidaires.

Cela prouve que les crimes commis par l'appareil de l'état et criminel de Milosevic, dont les proches associés et loyalistes sont désormais aux commandes de l'état serbe, Vucic et Dacic, maintiennent délibérément ouverte l'une des blessures les plus graves du Kosovo d'après-guerre, la question des disparus. Cela révèle également le vrai visage des dirigeants de la Serbie, qui ne se distancient en aucun cas de leur passé criminel. Il ne peut y avoir ni dialogue ni accord final avec un état qui continue de ne pas s'excuser pour les crimes commis au Kosovo et qui continue de cacher des traces de génocide. La communauté internationale doit voir Raska et d'autres charniers en Serbie et ne pas rester silencieuse face aux faits qui prouvent la responsabilité de la Serbie devant la justice internationale pour chaque crime, massacre et génocide commis au Kosovo.

Le Ministère des Affaires Etrangères et de la Diaspora félicite la Commission Gouvernementale des Personnes Disparues et le directeur de l'Institut de Médecine Légale de Prishtina, qui travaillent avec beaucoup de dévouement pour découvrir et identifier les corps des disparus cachés dans cette fosse commune en Serbie.

Nous lui devons au Kosovo, à la mère Ferdonije de Gjakova et à toutes les mères et familles des disparus de faire tout ce qui est en notre pouvoir et de ne pas laisser une pierre non retournée, jusqu'à l'illumination complète du sort de leurs proches.

Avec esprit et cœur, nous sommes proches des membres de ces familles, dans cette période difficile, pour qui la douleur s'aggrave ces jours-ci, et que la blessure de la guerre s'aggrave, 21 ans après sa fin.

La poursuite de la politique d'impunité de la Serbie continue d'être une tache sur la justice internationale.

Foto Galeria