4398 - Single_lajmi | Ministria e Puneve te Jashtme
MPJ
  • SHARE
  • PRINT

Gërvalla à la réunion des ministres : L'état de droit est le principal facteur de coopération et de stabilité dans les Balkans

Prishtina, le 8 juin 2021 - La Ministre des Affaires Etrangères et de la Diaspora de la République du Kosovo, Mme. Donika Gërvalla, a participé aujourd'hui à la conférence des Ministres des Affaires Etrangères dans le cadre du processus de Berlin, qui s'est déroulée virtuellement.

Lors de son adressage, la ministre Gërvalla a remercié l'Allemagne pour sa contribution au renforcement de la coopération entre les pays des Balkans occidentaux.

Pour le gouvernement du Kosovo, elle a déclaré qu'elle était attachée à la coopération dans tous les domaines, à commencer par l'économie, la science, l'éducation et d'autres domaines, soulignant que la coopération devrait être fondée sur des valeurs et des principes.

" L'état de droit est un facteur clé non seulement pour la coopération, mais aussi pour la stabilité, même pour la paix dans les Balkans. Les violations de tout droit, de toute obligation légale, représentent un réel obstacle à la réussite de la coopération régionale ", a souligné Gërvalla.

Elle a souligné que même si des projets bénéfiques sont identifiés pour le développement économique de la région, il faut s'assurer que tous les projets profitent aux citoyens et pas seulement à certains groupes.

" Par conséquent, nous devons garantir une transparence totale, une concurrence fondée sur des règles et nous devons lutter contre les transactions transfrontalières illégales, les marchés noirs et le crime organisé. L'exploitation des citoyens par de puissants groupes criminels organisés doit cesser ", a déclaré, entre autres, la ministre.

Elle a également souligné la nécessité pour certains États d'avoir un plus grand soutien.

" Dans notre région, nous sommes venus avec des prédispositions différentes dans cette nouvelle phase de coopération. Il y a des pays, comme la Bosnie-Herzégovine et le Kosovo, qui ont été dévastés par l'agression et le génocide dans les années 1990 qui ont causé des tragédies et des pertes en vies humaines. Mais cette guerre totale contre les civils a également délibérément détruit des infrastructures clés.

Ces milliards de dommages n'ont pas encore été indemnisés et nous commençons donc nécessairement notre coopération économique dans la région à partir de positions différentes. Ces centaines de milliers de personnes, qui ne se sont pas encore remises des dommages qu'elles ont subis, méritent plus de traitement spécial et plus de soutien. C'est aussi une condition préalable pour offrir des chances égales à tous ", a-t-elle déclaré.

Foto Galeria